Le Rugby Français, par des vrais, avec des boissons d’hommes.

cette rivalité féroce qu’est la Bledisloe Cup de rugby.

Les compétitions entre l’Australie et la Nouvelle-Zélande sont toujours empreintes d’un certain frisson, fruit de décennies d’affrontements pour le droit de se vanter aux Antipodes – et parfois dans le monde entier. Aucun affrontement ne résume mieux cette rivalité féroce que la Bledisloe Cup de rugby.


L’Australie n’a pas remporté une édition de la série annuelle transtasmanienne depuis 2002, et avant le troisième et dernier match de samedi soir à Brisbane, les Wallabies ont déjà baissé les couleurs en 2014.

Des whiskies rivaux des Antipodes s’affrontent dans une bataille transtasmanienne pour les droits de vantardise du whisky.
Des whiskies rivaux des Antipodes s’affrontent dans une bataille transtasmanienne pour les droits de vantardise sur le whisky.

Cependant, tout n’est pas perdu. Les deux pays ont développé de petites – mais déjà importantes – industries du whisky, entre lesquelles la seule histoire de compétition a été une escarmouche en 2012, remportée par l’Australie.

Bien qu’elles soient encore des petits producteurs mondiaux, les distilleries des deux côtés du “fossé” ont laissé une empreinte impressionnante sur le plan de la qualité. Sullivan’s Cove, de Tasmanie, a remporté cette année le trophée du meilleur single malt du monde aux World Whisky Awards, tandis que le Dunedin DoubleWood, de la New Zealand Whisky Collection, a reçu de nombreuses récompenses. De nombreux autres ont également attiré l’attention du monde entier.

“Je pourrais le siroter toute la journée”, déclare un Freier surpris de sa première expérience de dégustation de whisky.

Les juges : (de gauche à droite) David Vitale, Adam Freier et Luke McCarthy passent en revue les différentes options au bar Whisky and Alement de Melbourne.
Les juges : (de gauche à droite) David Vitale, Adam Freier et Luke McCarthy passent en revue les différentes options au bar Whisky et Alement de Melbourne.

Greg Ramsay a un pied dans les deux camps. Propriétaire d’origine australienne de la NZ Whisky Collection, il dirige l’entreprise basée sur l’île du Sud depuis la Tasmanie, qui est la salle des machines de la distillation du whisky australien. Il est également très ami avec celui qui est considéré comme l’homme le plus ancien du whisky en Australie, Bill Lark.

C’est Ramsay qui a proposé un défi sur le thème du rugby : une dégustation à l’aveugle de quatre whiskies australiens par rapport à leurs homologues néo-zélandais de même style, par un jury composé d’un expert, d’un vétéran du secteur et de deux novices.

L’expert, Luke McCarthy, blogueur spécialisé dans les spiritueux chez Executive Style, travaille derrière le bar du lieu qui a accueilli la dégustation, le bar Whisky and Alement de Melbourne. Ce bar propose une sélection impressionnante de 500 whiskies, et Luke McCarthy affirme les avoir tous goûtés. David Vitale, PDG de la distillerie Starward, basée à Melbourne, travaille dans l’industrie du whisky depuis dix ans, dont les quatre dernières années en tant que force motrice de Starward.

Dans l’esprit de l’inspiration du concours, l’ancien joueur des Wallaby et des Melbourne Rebels, Adam Freier, a été recruté dans le panel pour sa toute première expérience de dégustation de whisky. Votre correspondant, un passionné qui a déjà fait quelques dégustations mais qui a encore beaucoup à apprendre, complète le tableau.

Greg Ramsay, propriétaire de la New Zealand Whisky Collection.
Greg Ramsay, propriétaire de la New Zealand Whisky Collection.

Les quatre juges ont attribué une note de 10 à chaque whisky, les scores étant comptabilisés dans chacun des quatre concours en tête-à-tête pour couronner le grand gagnant.

Le Kaiapoi Single Malt est le premier cab du classement (bien que son identité ne soit révélée que plus tard) et il attire immédiatement l’attention de tous avec un nez “biscuité”. McCarthy décrit la saveur comme “savoureuse” et “un peu piquante”, tandis que Ferrier note une finale plus persistante que son rival.

Le Hellyers, quant à lui, suscite des comparaisons avec des saveurs de café, de chocolat et de moka de la part de chaque juge. McCarthy note une finale légère et nette.

Toujours à l’aveugle, on remarque rapidement que ces deux whiskies sont clairement “aux antipodes” des précédents, avec une couleur plus sombre et plus riche et une impression immédiate d’influence du vin. Il est ensuite expliqué que les deux whiskies ont passé du temps dans des fûts de vin – le Starward pendant tout son développement, tandis que le DoubleWood commence dans des fûts de bourbon et se termine dans des fûts de chêne français ex-vin rouge.

Selon M. McCarthy, l’arôme du Starward est “tout simplement magnifique” avec des notes de baies et de pommes, tandis que M. Freier note une texture boisée en bouche. Le DoubleWood a “une très grande saveur”, déclare M. McCarthy, et tout le monde s’accorde à dire qu’il y a un soupçon de crème glacée à la fraise dans le goût. On note également que les deux vins ont une finale assez sèche, ce qui, selon Vitale, est probablement dû aux tannins résiduels laissés dans le chêne lors de la production antérieure du vin.

Lark Single Malt Single Cask (Autriche)

La compétition monte d’un cran avec ce qui devient immédiatement évident : deux concurrents grands et audacieux, mais complexes. Il n’est pas surprenant de constater par la suite qu’il s’agit de deux des whiskies les plus réputés que l’Australasie ait jamais produits.

Le NZWC 25 ans d’âge présente d’emblée de grandes notes d’agrumes (“orangées”, selon M. Freier, tandis que M. McCarthy évoque les citrons verts), avec un soupçon de salinité et de chêne persistant pour faire bonne mesure.

Mais c’est le Lark Single Cask qui suscite l’enthousiasme des juges, qui parlent de sa “texture en bouche” et de son “extraordinaire douceur”. Selon M. Vitale, le profil de saveur est le plus serré jusqu’à présent. M. McCarthy note que le nez comprend du malt et de l’herbe de ferme, tandis que la bouche est épicée et légèrement fumée. “Il est resté en bouche beaucoup plus longtemps que le premier, c’est mon préféré”, déclare M. Freier.

South Island Single Malt (NZ)

À l’approche du dernier tour, personne ne connaît le score, mais nous sommes bien conscients que les droits de vantardise transtasmanienne sont en jeu et que le score pourrait bien être serré.

Deux autres single malts semblent bien assortis sur le papier, mais sur la table de jugement, les différences sont nettes. Le premier échantillon, qui s’est révélé être le Limeburners d’Australie occidentale, est considéré comme “pas tout à fait résolu” par certains et “un peu léger” par d’autres. Son nez herbacé a attiré l’attention, dit Vitale, ajoutant qu’il était “un peu déçu qu’il n’aille pas jusqu’au bout”. Son rival présentait un “caractère vraiment doux et musqué”. McCarthy a relevé un soupçon d’algues dans l’arôme, suivi d’un accord général sur la saveur tropicale douce avec un soupçon d’épices en finale.

LE VERDICT
Les écarts individuels ont été importants dans les confrontations, mais dans l’ensemble, les deux pays ont été très proches dans la qualité du whisky jugé – bien plus, en tout cas, que ne l’ont été leurs équipes de rugby respectives au cours de la dernière décennie.

M. Ramsay, qui a goûté tous les whiskies mais n’a pas participé en tant que juge (et admet être partial), affirme que les boissons des Antipodes sont aussi bonnes que celles du monde entier. “Vous ne pourriez pas mettre huit whiskies écossais ou irlandais en face de ceux-ci et en tirer une quelconque supériorité”, proclame-t-il. Vitale, qui est également impliqué dans le jeu, est d’accord : “Il est difficile de voir les Écossais faire beaucoup mieux avec l’un de leurs produits de 25 ans d’âge”.

Au final, les chiffres sont tombés en faveur de l’Australie et McCarthy estime que c’est probablement le bon résultat étant donné que la nation hôte a une plus longue histoire dans le jeu du whisky.

“Il y a une culture assez forte ici et je pense que la Nouvelle-Zélande est en train de rattraper son retard”, dit M. McCarthy. “En général, il y avait des saveurs fantastiques, mais la plupart des whiskies néo-zélandais étaient un peu plus légers que ceux d’Australie.

“En ce moment, les whiskies australiens ont une grande profondeur de goût et une grande intensité, ce qui a été remarqué dans le monde entier lors de divers concours.”

L’une des surprises du barman de Whisky and Alement a été la bonne performance des concurrents mis en fût de vin, Starward et Dunedin DoubleWood.

“C’était vraiment prometteur et j’espère que nous verrons davantage de ce style dans cette partie du monde, cela pourrait contribuer à établir un style de whisky distinctif pour cette partie du monde”, dit-il.

L’expérience a laissé une forte impression sur Freier, un ancien joueur de rugby à la retraite, qui avouait être un buveur de bière au début de la procédure et qui prévoit déjà de faire découvrir le whisky à certains de ses anciens coéquipiers des Rebels. “Cela m’a ouvert les yeux sur une nouvelle façon d’apprécier les choses. Vous pouvez vraiment boire un spiritueux et le faire de la bonne manière plutôt que de rester au bar à boire des shots”, dit-il.

La Bledisloe Cup a peut-être disparu pour une autre année, mais l’Australie a au moins sauvé un peu de sa fierté avec une courte victoire dans la fabrication du whisky.

Leave a comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *